vendredi 9 juin 2017

Un ami nous a quittés




Chers membres,
Chers amis de notre passé, 

je viens d'apprendre, avec grande tristesse, le décès de Philippe LEFEBVRE, membre de notre association. 

En janvier dernier, il nous posait plusieurs questions lors de notre réunion afin d'améliorer notre association.

En compagnie de Roland Dewulf, il était le créateur de la chanson de notre confrérie. 
Il réfléchissait d'ailleurs à la possibilité de créer un vivat et même des musiques pouvant nous accompagner sur nos défilés. Malheureusement ceux-ci ne verront jamais le jour. 

Il adorait l'histoire de notre commune et avait animé la chorale Agache de nombreuses années. Il était un véritable artiste et il avait encore, sans doute, beaucoup à donner. 

Au nom de tous les membres de notre association, j'exprime, à toute sa famille, à ses proches et à ses nombreux amis, toutes mes condoléances et notre incompréhension face à cette disparition à l'âge de 61 ans.

Ses funérailles auront lieu le mardi 13 juin à 14H30 en l'église Saint Léger de Pérenchies.

J'appelle toutes les personnes pouvant se libérer à s'y rendre afin de montrer notre respect, notre amitié et communier notre peine. Votre présence sera le témoignage des remerciements que nous lui devons. 

Un ami nous a quittés.... Notre cœur est triste et saigne.

 09/06/2017
Philippe JOURDAN
Président de l'association d'histoire locale "Si Pérenchies m'était contée..."
Echevin de la Confrérie de la tarte à prônes de Pérenchies


mardi 23 mai 2017

Dixième fête de la tarte à prônes

Réservez votre week end des 23 et 24 septembre 2017 et participez à la dixième édition de notre fête de la tarte à prônes et de notre salon de l'artisanat et de la gastronomie.
Nous vous y attendons nombreux.

23/05/2017
Jean-Pierre COMPERE
Administrateur




vendredi 19 mai 2017

Commémoration du 8 mai



Comme tous les ans, la ville de Pérenchies a commémoré la victoire de la seconde guerre mondiale ce lundi 8 mai 2017.
Pour les personnes qui n'ont pas eu la possibilité d'y participer, voici les principaux éléments de cette cérémonie qui, à cause du plan vigipirate, s'est déroulée Place du Général de Gaulle et en mairie. Avant le banquet traditionnel, une délégation municipale conduite par Madame Lekien, notre Maire et des membres de la section locale de l'UNC de Pérenchies avec son président Jean Pierre Brame sont allés fleurir le monument aux morts du cimetière et le monument commémoratif, place des Anciens Combattants

Dès 9H30, les délégations d'anciens combattants de Lompret, Prémesques, Verlinghem et Pérenchies entrèrent dans l'église Saint Léger de notre ville pour une messe du souvenir demandée par la section locale de l'UNC de Pérenchies, chantée par la chorale Saint Léger et présidée par l'Abbé Lemahieu.

LE LECTEUR (Philippe Jourdan) 



 « Bonjour à tous.Nous sommes réunis afin de commémorer la fin de la seconde guerre mondiale. Merci de votre participation. En ce début de cérémonie, accueillons la batterie fanfare, dirigée par Rudy Platteeuw, qui inaugure sa nouvelle tenue ».

ARRIVEE DE LA BATTERIE FANFARE

 

LE LECTEUR

« Accueillons maintenant l’Harmonie Agache dirigée par Patrick Dupire ».

 

ARRIVEE DE L’HARMONIE AGACHE

 

LE LECTEUR

« Grâce à l’Harmonie Agache et à la batterie fanfare, nous demandons aux jeunes sapeurs pompiers de Lomme, à la section locale de l’UNC et au conseil municipal de notre ville de bien vouloir rendre les honneurs aux participants de cette commémoration et à prendre place pour cette cérémonie ».

 

HARMONIE AGACHE ET BATTERIE FANFARE

« Marengo »

SONNERIE


LE LECTEUR

« Les habitants de notre ville ont connu la guerre et toutes les horreurs qui l’ont accompagnée.
Ce matin, deux témoignages seront lus. Ils ont été écrits en 1994 et remis à l’association d’histoire locale « Si Pérenchies m’était contée… » par deux Pérenchinois.
Ces deux témoins, aujourd’hui, ne sont plus. Nous pouvons alors comprendre l’importance de la transmission de leurs témoignages. Beaucoup de gens ici présents les ont connus, les ont côtoyés.
Vous, les plus jeunes, vous les découvrirez à travers leurs écrits. La transmission est un des moteurs importants du devoir de mémoire. 
Le premier texte a été écrit par Mme Paulette Vandenbilcke Polet. Il nous est lu par Virginie Vandevelde.

LECTURE D’UN TEXTE par Virginie VANDEVELDE



« Mon père s’appelait Emile POLET… 
Il faisait de la résistance durant la guerre dans le réseau VOIX DU NORD avec Maurice Vanhonacker.
Il a été arrêté le 13 mai 1943 sur dénonciation.
Ce jour-là, à six heures du matin, la gestapo et les soldats nazis tenant des chiens ont frappé sur les volets de notre maison de Pérenchies. Toute la maison était encerclée.
Mon père s’est habillé et il a été emmené en autobus. Il a été interrogé. Il a été battu.
Le 30 mai, je faisais ma communion. Nous sommes allés à Lille. On a eu 5 minutes pour le voir.
Il est ensuite resté plusieurs mois à Loos.
Un fois par mois, on pouvait porter un colis qui était fouillé mais on ne pouvait pas le voir.
On y allait à pied.
Ensuite, il a été transféré à Bruxelles puis en Allemagne.
De cette triste époque, il me reste 6 lettres. Il n’y disait pas grand chose car le courrier était lu avant.
Un jour, il a été condamné à mort et il fut mis dans la cellule des condamnés. Celle-ci restait éclairée en permanence.
Puis. Plus rien !
On a été des mois sans nouvelle.
A la libération, lors de l’arrivée des Anglais, on a eu des bonbons.
C’était la joie pour beaucoup.
Pour nous, c’était l’espoir d’un retour possible ou l’annonce d’une dramatique nouvelle.
On passait des jours entiers à Lille à regarder les trains des rapatriés en espérant.
C’était épouvantable tous ces gens qui sortaient des trains avec la tenue des prisonniers.
Un soir, en 1945, très tard, il est rentré.
Il était méconnaissable. Il avait perdu 50kg.
Il ne voulait pas trop raconter ce qui lui était arrivé.
On apprit tout de même qu’il avait été libéré par des Américains.
Il disait avoir eu honte, un jour, en allant dans une poubelle chercher une pomme pourrie car il avait faim !
Il est mort en 1952 des suites de sa déportation…. »

Paulette Vandenbilcke Polet

Communion de Paulette Vandenbilcke. Mai 1943 
(Photo "Si Pérenchies m'était contée..." numéro 3873)



Communion de Paulette Vandenbilcke. Mai 1943.
(Photo "Si Pérenchies m'était contée..." numéro 3870) 



 
Emile Polet à son retour de déportation (1893 - 1952)
(Photo "Si Pérenchies m'était contée..." numéro 3259)
 
Emile Polet (1893 - 1952) vers la fin de sa vie
(Photo "Si Pérenchies m'était contée..." numéro 3871)


HARMONIE AGACHE. MARCHE FUNEBRE

 

LE LECTEUR

« Le second texte raconte 5 années de déportation et l’émotion de ce prisonnier lorsqu’il entend la Marseillaise en arrivant à Dieppe.

Il a été écrit par Alphonse LEVEQUE et est lu ce matin par Daniel BALLOY »


LECTURE D’UN TEXTE par Daniel BALLOY



« Texte écrit en mai 1994 à l’occasion du cinquantième anniversaire de la Libération de Pérenchies.
J’ai été mobilisé en 1938 à l’âge de 37 ans.
En août 1939, j’ai été affecté au 166ème régiment d’infanterie. On a construit des blockhaus qui sont restés inachevés.
En juin 1940, je me suis retrouvé dans les Vosges.
Prisonnier, j’ai été emmené près de Strasbourg puis en Allemagne.
On était parfois accueilli à coups de pierres par certains habitants.
Les prisonniers étaient emmenés pour travailler dans des fermes ou des entreprises.
Je suis resté prisonnier plus de 5 ans. On recevait peu de courrier mais parfois un colis nous arrivait.
On ne pouvait pas s’échapper. Certains ont essayé mais se sont retrouvés dans des camps disciplinaires.
Des prisonniers russes ont été abattus froidement car ils avaient ramassé des pommes de terre dans les champs pour se nourrir.
J’ai été libéré en janvier 1945 mais je ne suis rentré à Pérenchies que le 12 septembre 1945.
On devait attendre dans des casernes.
Ma femme me croyait mort.
Un jour, nous avons embarqué sur un navire norvégien pour Dieppe. Le port était saccagé et ce ne fut pas facile pour y entrer.
Quelle émotion en y entendant la Marseillaise.
De là, j’ai rejoint Paris et enfin Pérenchies.
J’ai repris mon travail à la fabrique chez Agache.
Je me suis fait inscrire à la section des prisonniers de guerre.
Par la suite, j’en suis devenu le Président ». 
Alphonse LEVEQUE.

Alphonse Lévéque, prisonnier en Prusse orientale (Guerre 1939/1945)
(Photo "Si Pérenchies m'était contée..." numéro 3795) 
 
La famille d'Alphonse Lévéque accueille des Anglais chez elle vers 1940.
(Photo "Si Pérenchies m'était contée..." numéro 3834) 

Soldats allemands durant la guerre 1939/1945 en défilé devant l'entrée du cimetière de Pérenchies. 
(Photo "Si Pérenchies m'était contée..." numéro 5557)

 
Véhicule militaire allemand qui passe devant la mairie de Pérenchies durant la guerre 1939/1945.
(Photo "Si Pérenchies m'était contée..." numéro 5939) 

LE LECTEUR
« Aux morts ! »

 

SONNERIE AUX MORTS PAR LA BATTERIE FANFARE

 

LE LECTEUR

« Madame le maire nous fait maintenant lecture du message officiel du gouvernement français »

 

LECTURE DU MESSAGE OFFICIEL PAR LE MAIRE


LE LECTEUR

 « Une gerbe va être déposée par notre maire, madame Danièle Lekien.

Elle sera accompagnée par Jean Pierre Brame, président de l’Union Nationale des Combattants de la section de Pérenchies.

Puis 50 personnes déposeront un œillet de la mémoire sur les marches de ce monument.

Sur ce monument, de nombreux noms sont inscrits.

Certains évoquent la guerre 1914/1918.

D’autres, une cinquantaine, la seconde guerre mondiale.

Par méconnaissance, par oubli, par erreur, par modestie, certains noms n’y figurent pas et n’y figureront jamais.

Que ces fleurs déposées ce matin par les autorités mais aussi par des Pérenchinois témoignent de notre respect pour ces personnes connues mais aussi pour celles qui ne le seront jamais.

Leurs actions, leurs souffrances s’inscrivent dans notre histoire nationale mais aussi dans notre passé local.

Aujourd’hui, nous sommes là pour le rappeler.

Nous avons ainsi la volonté de ne jamais les oublier.

La conquête de notre Liberté ne s’est pas faite facilement.

D’autres peuples nous ont aidés.

Nous leur rendons hommage également. »


DEPOT DE LA GERBE

DEPOT DES OEILLETS

LE LECTEUR

« Nous respectons un moment de silence. »


MOMENT DE SILENCE

L’HARMONIE AGACHE

HYMNE EUROPEEN

LE LECTEUR

« Après la cérémonie, une délégation composée d’élus et de membres de l’UNC ira fleurir les monuments du souvenir place des anciens combattants et au cimetière.
Que résonne maintenant notre hymne national, symbole de notre Liberté, de notre Egalité, de notre Fraternité et de Notre devoir de Mémoire.»

  « LA MARSEILLAISE» jouée par l’harmonie


LE LECTEUR

«Derrière l’Harmonie Agache et la batterie fanfare, toutes les personnes présentes vont maintenant passer devant le monument aux morts avant de gagner l’hôtel de ville pour le discours de notre maire et le verre de l’amitié »

DEPLACEMENT VERS LA MAIRIE EN MUSIQUE

CEREMONIE EN MAIRIE

LE LECTEUR

« Tout d’abord, je tiens à vous remercier tous pour votre participation à cette cérémonie. Afin de n’oublier personne, je ne citerai aucun groupe. Tous, ici, vous participez, à votre niveau, à ce devoir de mémoire. Merci encore pour votre engagement. Je cède le micro à notre maire, Danièle Lekien ».

DISCOURS DU MAIRE

VIRGINIE VANDEVELDE
Ainsi prend fin notre cérémonie de commémoration du souvenir du 8 mai 1945. 
Notre Municipalité vous donne rendez-vous le samedi 17 juin 2017 à 11H pour la cérémonie anticipée de l’appel du 18 juin 1940 avancée d’une journée pour cause d’élections législatives.
Elle vous invite également à être présents le jeudi 13 juillet pour le dépôt de gerbe au monument aux morts de la place du Général de Gaulle à l’occasion de la fête nationale.
Merci encore à vous tous.
Merci également aux divers services municipaux qui ont contribué à cette organisation.
Nous sommes heureux de vous inviter maintenant au verre de l’amitié.

VERRE DE L’AMITIE

CEREMONIES SUR LES AUTRES LIEUX DE MEMOIRE

AU CIMETIERE
Dépôt d'une gerbe par le maire et le président de l'UNC
La Marseillaise

PLACE DES ANCIENS COMBATTANTS
Dépôt d'une gerbe par le maire et le président de l'UNC
La Marseillaise


Photos: fonds documentaire de "Si Pérenchies m'était contée..." et Service de l'information de la Mairie de Pérenchies

19/05/2017
Philippe JOURDAN
Adjoint au Maire de Pérenchies
Chargé de la Culture et du Devoir de Mémoire